DDDÉBRIEF De la semaine du 4 Avril

7 avril 2022

Frappé par une flambée des prix historique, le Sri Lanka traverse actuellement sa pire crise économique depuis son indépendance en 1948. En effet, le Covid-19 et l’arrêt du tourisme ont mis son économie à bout de souffle et ont drastiquement réduit l’entrée des devises, alors que le pays asiatique en a cruellement besoin pour rembourser ses importantes dettes et importer des produits de première nécessité. A cette situation économique inextricable, s’ajoute l’explosion des prix mondiaux du pétrole provoquée par le conflit russo-ukrainien. Ainsi, depuis plusieurs semaines de longues files d’attente se forment devant les stations-essence du pays asiatique. Signe de la gravité de la situation, quatre personnes sont déjà mortes d’épuisement ou lors d’affrontement dans ces queues, forçant l’Etat à déployer l’armée pour essayer de maintenir l’ordre. En outre, du fait de la chute de la monnaie nationale, la roupie sri-lankaise, face au dollar, toutes les importations deviennent plus chères, engendrant des pénuries de nourriture, de carburant, d’électricité et de produits pharmaceutiques. Ce mardi 12 avril, le Sri Lanka s’est déclaré en défaut de paiement sur sa dette extérieure de 51 milliards de dollars. Le ministère des Finances a précisé que ce défaut de paiement concernait l’ensemble des obligations extérieures, y compris les prêts accordés par des gouvernements étrangers, en prévision d’un sauvetage par le Fonds monétaire international.